RAPPORT ANNUEL 2016

Des nouvelles pour nos supporteurs de l’orphelinat Anchal Chaya, Baghola, les écoles Morning Star, Faridabad et le projet pour femmes ECHO. Ce rapport est disponible sur notre nouveau site internet, www.reachforthemoonindia.org Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Instagram à Reach for the Moon India.

RESUME 2016 a été une année de consolidation et de progrès. La première phase des travaux de notre deuxième école dans un quartier de chiffoniers est presque terminée et l’école du bidonville, détruit en 2015 a été « reconstruite ». Les enfants dans les deux écoles peuvent désormais se concentrer sur leurs études dans de meilleures conditions. A Anchal Chaya beaucoup d’enfants sont arrivés à l’âge critique de l’adolescence. La question qui se pose maintenant est : “ comment les aider à choisir le bon chemin en termes de formation et d’études?”. En assumant la moitié des salaires depuis janvier 2016 nous avons réussi à garder une bonne équipe, créant ainsi une stabilité précieuse et un vrai sentiment de « famille ». Le projet de couture pour femmes est désormais presque professionnel. L’atelier est tellement propre et rangé qu’il est possible de voir une épingle par terre. Un exploit dans un bidonville indien ! Dans le même quartier, en septembre nous avons ouvert une consultation médicale qui recoit une quarantaine de patients tous les matins.

Les médias parlent beaucoup du progrès en Inde. Et beaucoup de personnes se demandent pourquoi nous aidons des femmes et des enfants dans un pays qui a envoyé des fusées dans l’espace et qui figurent parmi les 10 premiers pays en matière de dépenses militaires. La logique occidentale imagine que les besoins de base sont déjà pris en charge. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Malgré sa formidable capacité d’innovation l’inde laisse pour compte des millions de ses citoyens. Les derniers chiffres de la banque mondiale montre que 25% de la population vit sous le seuil de pauvreté de $1.25 par jour, plus de 60% n’a pas accès aux toilettes et des millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’école. La Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant liste ces droits – Santé, Expression, Information, Education, Nourriture, Respect, Egalité, Famille, Protection de l’exploitation et d’abus, et nous rappelle que notre devoir d’adultes est de faire tout notre possible afin que ces droits soient respectés à travers le monde. A Reach for the Moon, nous avons choisi de concentrer nos efforts sur nos petits groupes d’enfants en Inde, en les aidant à acquérir les compétences essentielles pour évoluer vers une vie meilleure dans l’inde de demain.

Au niveau des donations, deux nouveautés. En novembre 2016, la première campagne de « crowdfunding » a si bien marché que nous souhaitons la renouveller en 2017. Deuxièmement nous allons introduire un système de parrainage « non-nominatif » inspiré par “Pour un Sourire d’Enfant”. Les dons réguliers sont les clefs du succès de nos projets. Nos objectifs financiers restent identiques en 2017 qu’en 2016 en attendant de voir si ce nouveau « Parrainage » démarre bien. En mai, nous avons organisé une vente à Rennes qui a été un succès et nous continuons de bénéficier du soutien d’écoles et d’universités locales ainsi que du Conseil de l’Ordre des Médecins d’Ile et Vilaine. Une fois de plus, plusieurs amis et bénévoles sont passés dans nos projets en Inde, nous permettant ainsi de suivre les progrès sur place. Un proverbe ancien dit « Si vous voulez aller vite allez seule; si vous voulez aller loin allez ensemble ». Nous espérons qu’en 2017 vous nous rejoindrez, ou vous resterez à nos côtés sur le chemin de l’Inde!
Sarah Conty-Hodgkins Vishy Bandhu

Fondatrice & Présidente RFTM Co-Ordinateur en Inde

ANCHAL CHAYA ORPHANAGE, BAGHOLA, HARYANA – 70 km south of Delhi

BACKGROUND
En juillet 1997, Santosh Kakaar, femme d’affaires de Delhi, et Anand Shukla, philosophe de Bénares, créérent l’orphelinat Anchal Chaya situé à 70km de Delhi , sur le principal axe routier de Calcutta récemment devenu une zone industrielle importante de la région. Avec seulement 10 enfants lors des premiers jours, l’orphelinat est aujourd’hui la maison de 50 enfants âgés de 5 à 18 ans, un petit groupe d’enfants handicapés et une équipe permanente de 10 employés. Abandonnés dans les rues, les gares ou sur le bord d’une route, vagabonds ou victimes d’abus, nos enfants d’ Anchal Chaya font partis des milliers d’enfants indiens privés de soins, d’amour et de la sécurité dont chaque enfant a besoin pour grandir. Depuis 2008, « Reach for the Moon » a aidé les fondateurs à fournir l’essentiel en matière de santé, d’hygiène, de sécurité et d’éducation. Aujourd’hui chaque enfant a son propre lit, un endroit pour ranger ses affaires personnelles, une date de naissance et des bilans de santé réguliers. La plupart des enfants sont scolarisés dans la ville voisine de Palwal : certains ont commencé des études secondaires, d’autres plus agés sont en apprentissage.

Sonu & Nanu

Petits brodeurs

Peintures en cours...

Surbhi, Manju, Manisha

LE PERSONNEL
Les officiers de la protection de l’enfance de la commission du district de Palwal continuent leurs visites régulières à l’orphelinat et nous promettent une bourse pour aider avec les salaires une fois l’immatriculation définitive approuvée. Nous attendons depuis 4 ans et il y a toujours une raison qui les empêche de passer à l’action. Au vue des progrès réels de ces 2 dernières années, depuis janvier 2016 nous prenons en charge la moitié des coûts mensuels des salaires fixes pour le staff de 12. Ce nombre est imposé par les inspecteurs et comprend une gouvernante, deux superviseurs, un gardien, une veilleuse de nuit, un cuisinier, un aide-cuisinier, une lingère, un homme à tout faire, un manager/comptable et une femme de ménage. Assurer les salaires décents pour le personnel ralentit le turnover du staff et donne un environnement plus stable pour les enfants qui ont tous eu des vies très perturbantes pour leur jeune âge. Des salaires mensuels pour 2017 restent stables à 30000 roupies/400€ par mois.

Prakashi

Reika

Inder, Tikkum, Dipanshu

SANTE & NUTRITION
La santé des enfants s’est améliorée énormement depuis deux ans avec le passage régulier d’un médecin et des visites à l’hôpital pour ceux qui en ont besoin. Les enfants mangent à leur faim tous les jours – chapatis, lentilles, riz, choux fleurs et pommes de terre, mais ce serait bien qu’ils aient une alimentation plus variée. Le coût des fruits et légumes est très cher en Inde : actuellement les pommes coûtent 1,70€ et les oranges 0,85€ le kg. Donner une pomme par jour à chaque enfant couterait 380€ par mois. Les aliments de base ont également augmenté avec le riz à 0,80€ et le daal à 1,40€ le kg. Comme les enfants sont végétariens, les lentilles sont une source importante de proteines. Nous aimerions participer d’avantage aux frais de nourriture à l’avenir.
Kalpana & Poonam Bananes Usha lisant Gobind
Namita, arrivée en 2010 avec un post-polio paralysant sans pouvoir marcher, et qui à commencé ses premiers pas en novembre 2014 ayant porté des prothèses au niveau des chevilles pendant deux ans, continue de faire de grands progrès et rêve d’aller à l’école. Ce rêve deviendra certainement une réalité en avril 2017 car il existe une école à Palwal ou le bus scolaire peut avancer jusqu’au portail. Usha, dont l’oeil gauche a été sauvé lors d’une intervention en 2010, a déménagé en juillet 2010 dans une école pour malvoyants à Delhi. Elle y apprend le braille en Hindi et en anglais, et fait beaucoup de progrès. Bien qu’elle puisse lire encore, son champs de vision reste limité et le braille sera utile à l’avenir. Malheureusement, Usha n’a pas pu revenir à Anchal Chaya rendre visite à ses « frères et soeurs », depuis juillet. Cette situation inacceptable est dûe à un manque de coopération avec les assistants sociaux. Nous cherchons activement une solution avec la directrice de l’école, Babaji, Santosh et un avocat de Palwal. Cette situation illustre bien notre approche sur le terrain, intervenant sur des cas individuels.

EDUCATION & FORMATION
En 2015, Manju est devenue la première fille à terminer ses études scolaires en avril. La classe de 12ème est l’équivalent du Baccalauréat chez nous. Cette année elle est en deuxième année d’école de commerce dans un collège tout prés et continue à vivre à Anchal Chaya. En avril 2016, Kanchan a également passé son ‘baccalauréat » et étudie le droit dans une ville proche. En mars 2017, 4 autres étudiants, 2 garçons et 2 filles passeront 12th Grade.

Arriver à ce niveau est un réel exploit pour n’importe quel enfant en Inde où la majorité des enfants arrêtent leurs études en 10ème. Nous en sommes très fiers ! Un des garçons ainés, Bhura, travaille comme apprenti dans une usine locale. Abdul, 21 ans, travaille comme peintre en bâtiment et en novembre dernier il a épousé sa chérie d’Anchal Chaya, Poonam. Un groupe de filles suit une formation de couture professionelle

Manju Bhura Gopal, Kartik, Sunny, Ravi Kanchan

SORTIES
Suite au grand succès de notre premier pique-nique « cinéma » en mars 2015, en novembre 2016 nous avons organisé un deuxième pour voir le dernier film de Shahrhuk Kahn. Le film a été suivi d’une visite au parc et un dîner au Hare Krishna Dobha de Palwal. Tout le monde s’est amusé, y compris les inspecteurs, le personnel de l’orphelinat, leurs familles et bien évidement les enfants. Ces sorties donnent aux enfants un contact précieux avec le « vrai » monde et les aident à se sentir moins marginalisés. Organiser au moins deux sorties par an serait vraiment bien, mais les coûts restent prohibitifs environ 30000 roupies/425€ pour un groupe de 70, soit 6€ par personne.
Arrivée au cinéma Resto le soir Santosh, Sita, Sureka Au parc

VERS DEMAIN
De nombreux objectifs que nous nous sommes fixés en 2010 ont été atteints en terme d’hygiène, d’éducation et sécurité. En 2015, nous avons vu un réel progrés sur les projets de construction. Il reste encore beaucoup à faire en terme d’entretien et de loisirs. Des jeux, balançoires, toboggans, ballons, cricket, badminton, table de tennis et des endroits dédiés aux loisirs seraient idéaux. Les étés chauds et humides, avec des températures frolant 48°C et les hivers froids avec les températures descendants jusqu’à 3°C la nuit font que les peintures, les ventilateurs et les appareils de climatisation doivent être réparés ou changés régulièrement. Dans un endroit partagé par 50 personnes, la liste des choses à faire est sans fin, une fois les peintures terminées dans une pièce il faut recommencer une autre. Aujourd’hui, nous avons besoin de votre aide pour les frais d’entretien, d’éducation, de nourriture, les activités mais surtout pour les salaires. Maintenir la même équipe en place est fondamental pour créer un sentiment bénéfique de sécurité et de famille pour nos enfants, et cela les aidera à devenir des adultes responsables, équilibrés et heureux.

ECOLES DU BIDONVILLE & ECOLE DES CHIFFONIERS – MORNING STAR, Faridabad

BACKGROUND:
Pastor Rakesh Raj a ouvert l’Ecole du Morning Star dans le bidonville du Shiv Colony à Faridabad, 40km au sud de Delhi en décembre 2009. Au départ, il s’agissait d’une école en plein air, avec les enfants assis sur des tapis. Nous soutenons Rakesh depuis le début dans son objectif d’apporter de l’éducation dans cet endroit, 2km par 500m, qui accueille presque 10000 personnes, beaucoup sont des jeunes familles originaires du Bihar. En 2010, nous avons pu construire une première structure en bois avec des bâches en guise de toit, en avril 2014 nous avons construit une structure plus solide avec une dalle et des piliers en béton. En juillet 2015, des bulldozers du gouvernement ont totalement détruit l’école et environ un tiers des ‘maisons’ du bidonville. Un mois plus tard, nous avons trouvé un terrain et construit une école en brique. Avec deux écoles, nous payons maintenant deux professeurs, plus Sobha, directrice de l’école du bidonville. Ces coûts supplémentaires s’ajoutent à notre budget précédent mais valent largement les 70€ par mois par professeur. En septembre 2016, nous avons décidé, pour la première fois, de verser un salaire à Rakesh, également directeur de l’école des chiffoniers.
2011 2012 2015 2016

ECOLE DES CHIFFONIERS – MORNING STAR

Le plus gros challenge ici, a été de convaincre les parents des enfants chiffoniers de l’utilité de l’éducation. Comme pour les parents dans le bidonville, une bouche à l’école est une bouche qui ne gagne pas d’argent. Rakesh continue activement son travail de persuasion. Il a fait la même chose quand nous avons démarré l’école du bidonville et nous allons rester patient. Après des débuts cahotiques, aujourd’hui nous accueillons une trentaine d’enfants venant régulièrement. La majorité d’entre-eux sont des fratries d’un petit groupe de familles. Leur progrès pendant l’année a été phénomenal et la lumière dans leur yeux brillent forts. Ils considérent l’école comme une chance et une joie. Notre objectif est d’accueillir 100 enfants d’ici fin 2018. Ici, nous avons besoin de votre aide pour les travaux de construction, des uniformes, les salaires de professeurs mais également pour du matériel : comme nous pouvons fermer la porte la nuit nous pouvons acheter livres, tableaux, armoires, bureaux, jeux , etc…
Les travaux en août 2015 Cours novembre 2016 Récré janvier 2016

VERS DEMAIN
En 2016, nous avons posé un plancher en béton et installé l’éléctricité pour les ventilateurs et l’éclairage. Maintenant, nous voulons diviser l’espace afin de créer un couloir-lobby pour le lavage des mains et les affaires, et de créer un bureau pour Rakesh. Tous les murs en brique ont besoin d’être plâtré et peint. Nous allons ajouter un tableau par classe. Dehors, nous aimerions construire un mur de clôture ainsi que des WC pour filles et garçons. Comme à l’école du bidonville les enfants ont besoin d’uniformes. Les uniformes leur donnent la chance de se sentir propres et fiers, et leur procurent un sentiment de dignité, d’identité et de valeurs partagées dans le monde précaire d’aujourd’hui.

ECOLE DU BIDONVILLE – MORNING STAR

La simple structure en bambou et bâches que nous avons reconstruit en août 2015 continue à accueillir environ 90 enfants 6 jours par semaine. En 2016, nous avons construit un mur de clôture en plastique ondulé et planches récupérées pour créer plus d’intimité. Il est désormais plus facile pour les enfants de se concentrer sur leurs études et ils peuvent jouer plus librement dans la cour loin des regards des autres habitants du bidonville. Suite à la campagne de crowdfunding de novembre 2016 nous avons pu offrir un nouvel uniforme à chaque enfant en fin d’année pour la première fois depuis la destruction de la première école en 2015. Il est facile de comprendre l’importance des uniformes pour ces enfants qui vivent dans une pauvreté abjecte. En 2017, l’école a besoin de votre soutien pour des bureaux, des bâches (remplacés 6 fois par an), des bambous, les salaires, du matériel, des livres et des tableaux.
Distribution d’uniformes Décembre Premier jour d’école avec les nouveaux uniformes
VERS DEMAIN

Comme les bulldozers du gouvernement continuent à faire des incursions sporadiques, mais moins violentes, dans le bidonville, Rakesh a monté un groupe de citoyens avec quelques dirigeants du bidonville afin de trouver une solution à long terme avec les autorités. Ce sera un travail de longue haleine mais les premières rencontres ont été encourageantes et il est fort probable que dans un avenir proche le gouvernement désigne une nouvelle parcelle de terre vers laquelle nous pourrons déménager. Nous aurons à payer un petit loyer mais ce sera le prix à payer pour la tranquillité.

LIEN FRANCO-INDIEN
Depuis 2011, l’Ecole Sainte Croix-Sainte Agnès à Saint Malo échange avec le Morning Star et donne chaque année les fonds de la journée « Bol de Riz » du vendredi Saint. Grâce à l’énergie et à la motivation des professeurs en France, en avril 2016 l’école a levé une somme importante pour les uniformes. Elle a également organisé à l’occasion une exposition sur l’Inde qui a connu un grand succès avec les parents et les élèves. En 2017, nous allons étendre l’échange vers les enfants de l’Ecole des chiffoniers. Ce lien reste une ouverture sur un monde différent pour les enfants sur les deux continents.
Primary class – March 2016 Great teachers Dust collector kid drawing

PROJET COUTURE FEMMES – SECTEUR 4 FARIDABAD

BACKGROUND: En octobre 2013, Pascale Mordret, fondatrice de la marque La Fiancée du Mékong en France et moi-même, se sont rapprochées de nos correspondants principaux en Inde, Vishav et Kranti Bandhu, afin de développer un projet de couture, générateur de revenus pour un groupe de femmes dans un bidonvillle de Faridabad. Après une année entière de cours de coûture, et beaucoup de frustration, la production a commencé en 2014 et la premiére livraison de bracelets et de sacs est arrivée en France en octobre 2014 pour être vendue dans les points de vente de La Fiancée. La totalité des bénéfices retournent directement aux femmes par Reach for the Moon sous la forme d’un salaire mensuel transféré chaque mois via Western Union.

Bharat, le tailleur Confections des sacs, atelier impeccable Cours de couture
Le premier lot de bracelets est parti comme des petits pains et nous avons commencé une deuxième ligne de sacs. De 6 femmes au départ, aujourd’hui vingt femmes, toutes mamans, confectionnent des sacs en coton imprimés en échange d’un salaire mensuel supervisé par Kranti, Poonam et Bharat. Elles sont payées par sac et développent lentement une indépendance financière. Au fur et à mesure qu’elles progressent en couture elles peuvent repriser et confectionner des vêtements, des coussins et d’autres objets pour leur propre compte. L’atelier de départ est devenu un centre de vie pour ces femmes, lieu de rencontres et de partages. Le nombre de sacs produits augmente. Pascale fait un travail exceptionel avec ses fournisseurs en Inde pour le tissu et environ 40 franchisés de La Fiancée du Mékong distribuent les sacs en France en plus de ses propres boutiques. Reach for the Moon assure les coûts de fournitures, fils, aiguilles, ciseaux, machines et en 2017 nous allons les aider pour le loyer.
Kranti & Vishy devant la clinique Consultation Pompe à eau Canal Secteur 4

VERS DEMAIN
Vishy et Kranti Bandhu, co-fondateurs du centre de couture, ont également monté une école sur le même site. En septembre 2016, ils ont ouvert un centre médical pour les femmes et les enfants qui fréquentent nos projets. 50 patients, uniquement des femmes et des enfants, viennent à la clinique chaque jour ou ils sont auscultés par deux médecins aidés par des bénévoles, en grande partie français. Nous avons besoin de votre soutien ici pour payer les salaires, fournir de l’équipement médical et de l’infrastructure comme des ballons d’eau. Vishy vient de trouver de nouveaux locaux ou nous espérons ouvrir un cabinet plus grand ainsi qu’un kindergarten. Ce projet sera une priorité pour l’association en 2017 et 2018.

VOS INITIATIVES
En 2016, plus de 60% de nos fonds sont venus des évènements. En mai, nous avons organisé notre vente annuelle à Rennes. Celle-ci a été possible grâce à Pascale Mordret et son équipe et également, grâce aux efforts de toute une équipe de bénévoles plus les étudiants de l’université de Rennes qui nous soutiennent pour la 4ème année consécutive. De 6h30 à 17h30, notre armée de petites mains s’est reliée pour accueillir le public. Un grand merci à Caroline Danvert, Roselyne Carpentier, Yvonne Daguet, Marie Touquet, Anne Guegan-Brigardis, Preshini Wilkes, Anne-Cécile Nogrix, Sophie Henry, Françoise Gateblé-Brun, Marie-Line Huybrechts, Aline Verger, Marjorie Guegan- Raux et eux étudiants Rachel Even, Emilie Bébin, Célia Boscher, Katell Favennec, Clemence Favrais, Marion Lebrun, Marie Doumalin, Victor Langouet et Alexandre Bouvier.

Etudiants IUT à la vente de mai Une partie des bénévoles Dames cantines, Pierre-Gildas Robin & les enfants
Pour la 5ème année l’école Sainte Croix- Sainte Agnès à Saint Malo a organisé la journée Bol de Riz pour l’école du Morning Star. Ils ont également organisé une exposition sur l’Inde qui a connu un grand succès. Pour la 4ème année nous avons eu le soutien des étudiants de 1ère année de l’IUT de Rennes et le 19 avril dernier un groupe de 8 étudiants a organisé un Tournoi de Foot sur le campus. Pour la deuxième année, nous avons reçu le soutien du Conseil de l’Ordre des Médecins d’Ile et Vilaine. Un sincère merci au Professeur Alain Leguerrier et l’ensemble du bureau.

BENEVOLES ET VISITEURS
Une fois de plus quelques amis et étudiants ont rendu visite à nos enfants à Anchal Chaya, aux écoles du Morning Star et au projet ECHO. Etudiantes Tatiana Allpress & Tilli Fleming ont séjourné chez Rakesh en janvier 2016 et ont aidé dans les écoles. En mars, Pascale Mordret a visité tous les projets avec sa cousine, l’écrivain Karine Fougeray. Etudiant, Ugo de Checchi a passé tout le mois de juillet à Faridabad et en novembre, à l’âge de 77 ans, ma propre maman, Anne Hodgkins a réalisé sa première visite en Inde. Ses trente années d’expérience comme directrice d’école ont été d’une aide précieuse. Ces visites sont clés pour maintenir des liens étroits avec nos contacts en Inde et pour rester proche des enfants. Un grand merci à tous.
Pascale Mordret Tatiana Allpress & Tilly Flemming Ann Hodgkins Karine Fougeray
MOT DE LA FIN

« On vit de ce que l’on obtient, on construit sa vie sur ce que l’on donne » – Winston Churchill

Au-delà toutes les initiatives mentionées dans ce rapport, Reach for the Moon n’existerait pas sans vos donations et votre soutien. Cette année nous allons introduire un système de parrainage « non-nominatif ». Vous trouverez les formulaires pour chaque type de soutien en pièce jointe. Chaque euro fait la différence dans la vie de ces enfants et de ces femmes en Inde que nous avons choisi de soutenir.

Un GRAND merci à vous TOUS.

Share